En route vers la résurrection | Jour 31

Lecture du jour :

Psaume 130 | Exode 34.28

My Bible

Jeûne intentionnel (Clyde Taber)

Le jeûne est un mot étrange à nos oreilles. Nous grinçons, hésitons et rejetons. Nous l’esquivons aussi délicatement que les chefs religieux ont contourné l’homme battu dans la parabole de Jésus. Pourtant, le jeûne faisait partie du rythme et du flux de la vie de l’Église primitive.

Jésus-Christ a affirmé et embrassé la pratique de jeûne de l’Ancienne Alliance. « Quand vous donnez à quelqu’un dans le besoin » (Matthieu 6: 2), « quand vous priez » (Matthieu 6: 5), « quand vous jeûnez » (Matthieu 6:16), il enseignait sur la montagne. Jésus supposait que donner, prier et jeûner faisaient partie intégrante de la vie spirituelle. Ce ne sont pas des choix, mais une partie de l’enseignement de base à l’école du Christ.

Le jeûne a précédé de nombreux grands moments charnières dans l’histoire humaine. Après le jeûne de Moïse, il a reçu les tablettes qui ont changé notre connaissance du péché et le sens du juste du monde (Exode 34:28). Après que Jésus a jeûné, la coupe a commencé à couler avec le vin de la Nouvelle Alliance (Matthieu 4: 2). Après le jeûne des premiers dirigeants de l’Église, le mouvement de Jésus a explosé au-delà des frontières de la Palestine (Actes 13: 2). L’église du 20ème siècle en Asie a jeûné et maintenant elle se développe à des taux sans précédent. Le Père aime récompenser ceux qui jeûnent avec un cœur pur (Matthieu 6:18).

Le jeûne précède le but et le but devrait précéder le jeûne. Quand nous jeûnons, nous devrions considérer cela comme un temps de « mise de côté » pour « prendre ». Nous nous abstenons de la nourriture pendant un certain temps afin de mieux nous concentrer sur Christ et Son royaume. Le jeûne exige une résolution et un dévouement. Nous prenons le temps de quitter l’autoroute de nos vies occupées. Le jeûne est très bénéfique lorsqu’il est accompagné de chercher, de sacrifier et de semer à l’Esprit plutôt qu’à la chair. Quand nous mangeons, nous satisfaisons la chair. Quand nous jeûnons, nous dépassons la chair pour atteindre le royaume de l’Esprit.

La fécondité dans le jeûne n’est pas rapidement atteinte. C’est une pratique qui est améliorée avec le temps et l’expérience. Quand nous entrons dans une saison de jeûne, le Seigneur donne la grâce. Pendant un moment, cela nous rappelle la mort, et ensuite l’Esprit traduit l’absence de nourriture dans un sens de vie, de lumière et de discernement.

Comme Jésus-Christ était délibéré dans son voyage à Jérusalem, puissions-nous le suivre dans cette pratique. Pas « si », mais « quand tu jeûnes ».

#Ensemblesurlechemin.

Auteur : Sandra

Pionnière et relationnelle, je suis évangéliste. Le devenir de l'Eglise, en Europe et dans les nations est mon focus pour voir le Royaume de Dieu avancer. L'influencer par de la formation pratique et impulser de nouveaux projets en faveur des chercheurs de Dieu me permet d'inciter l'Eglise à entrer dans un appel pertinent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s